Julie CHABERT Etiopathe : 9 rue Louis Guillaumond à MORNANT 04.26.28.80.16
L’Étiopathie Qui suis-je ? Contact Le saviez-vous ? Consultation Accueil Le saviez-vous ?
CRAQUEMENT ARTICULAIRE : DES BULLES SONORES ? Le traitement articulaire étiopathique fait du bruit Il est de notoriété publique que lors de certains traitements articulaires, un son sec se fait parfois entendre. Les patients apprécient différemment ce craquement articulaire. > Pour certains, il fait peur. Il faut voir la tête de l’enfant quand sa mère lui dit : « N’aie pas peur, le monsieur va juste te faire craquer les os, et après, tu iras mieux. » Après ça, l’étiopathe n’a plus qu’à faire preuve de toute la pédagogie dont il est capable pour soigner le petit qui s’attend au pire. > D’autres patients lèvent un sourcil méfiant. Ils profèrent le célèbre « Vous n’allez pas me faire craquer ? » sur un ton qui sous-entend le nom moins célèbre « Je n’aime pas ça du tout, on m’a toujours dit que c’était très mauvais pour les articulations. » > Il y a aussi ceux pour qui, au contraire, sans craquement articulaire, point de traitement efficace : « ça n’a pas craqué, vous êtes sûr que vous m’avez débloqué ? », voire « ça n’a pas craqué, vous pourriez réessayer ? » Les amateurs inconditionnels de craquements nous présentent par un aimable « C’est le monsieur qui fait craquer les os », et leur voix se fait gourmande pour recommander : « Vas-y, ça fait du bien. » Sous-entendu, c’est spécial, un peu mystérieux et différent de la médecine, mais c’est efficace. Ainsi le bruit articulaire se charge-t-il d’un sens différent pour chacun… Si le craquement articulaire est un des effets de la manipulation, il n’en est certainement pas le but. Le but du traitement articulaire étiopathique est de séparer très brièvement les surfaces articulaires afin d’obtenir un relâchement des tissus périarticulaires – capsule, ligaments…, soit les tissus à proximité de l’articulation proprement dite. En effet, lorsque l’articulation est bloquée, ces tissus se retrouvent étirés en permanence ; ils deviennent alors le point de départ d’informations nerveuses erronées, qui vont provoquer des irradiations, des contractures, des perturbations organiques… Le traitement qui consiste à séparer un court instant les surfaces articulaires a été utilisé de tout temps, en toute innocuité, pour redonner de la mobilité à l’articulation bloquée. On appelle cette brève séparation la décoaptation. Le bruit qui l’accompagne n’est que le témoignage sonore que l’articulation a bien été décoaptée. Qu’est-ce qui fait crac ? Aussi étonnant que cela puisse paraître à prime abord, le bruit articulaire, c’est le son de bulles qui implosent. Dit d’une façon un peu plus sérieuse, c’est un son de cavitation. Cette dernière se produit  lorsqu’un gaz dissous dans un liquide est soudainement comprimé ou décomprimé. On observe alors une sorte d’ébullition par pression (et non par la température), le gaz se rassemblant sous forme de bulles au sein du liquide. L’implosion de ces bulles provoque un son. L’HALLUX VALGUS Définition: L’hallux valgus est la déformation chronique de l’articulation du gros orteil. Aussi appelé oignon car l’articulation en se déviant produit une masse inflammatoire en dedans dure, rouge et pouvant être douloureuse. De manière classique: L’hallux valgus reste de cause inconnue mais se dit être favorisé par l’âge (entre 40 et 50 ans), le sexe féminin, l’hérédité, le port des chaussures à talons hauts et bouts étroits, la ménopause… Le port d’une orthèse est recommandé et l’opération reste l’issue de la médecine allopatique en redressant l’articulation et/ou en rabotant l’oignon. Ce que fait l’étiopathe: Le mécanisme de déformation se fait par la traction progressive des tendons des muscles du gros orteil. Ceux-ci vont le dévier en dedans et déformer l’articulation métatarso-phalangienne. Cette traction est provoquée par un blocage du rachis lombaire ou du bassin ce qui provoque la contraction constante des muscles en cause. Selon le degrés d’installation, la réversibilité de l’état pathologique est possible en traitant le blocage lombaire et en mobilisant l’articulation déformée. Ce travail peut être long (quelques mois) et plusieurs séances espacées de quelques semaines peuvent être nécessaires. GROSSESSE  Durant sa grossesse, la femme enceinte peut rencontrer diverses difficultés telles que la sciatique, la lombalgie, les nausées, les brûlures d’estomac, des tensions au bas ventre, etc… Ces troubles peuvent s’accentuer au fur et à mesure que les semaines passent et que l’utérus prend du volume. L’étiopathie agit très efficacement sur ces troubles et peut rétablir un confort pour profiter au maximum de cette période et préparer à l’accouchement dans les meilleures conditions. Tout d’abord, être enceinte ne veut pas dire être malade. Que ce soit la grossesse ou l’accouchement, tous les deux sont physiologiques et peuvent se dérouler le plus naturellement possible. Les premiers mois, des nausées sont fréquentes mais pas systématiques. Des techniques étiopatiques adaptées peuvent diminuer ces symptômes. Les douleurs du rachis, surtout au niveau lombaire, peuvent survenir généralement à partir du 3e mois car l’utérus prenant de plus en plus d’ampleur et de poids, le ventre vient tracter le système vertébral lombaire vers l’avant et ainsi en étirer son système ligamentaire. Si une vertèbre manque de mobilité, des douleurs (telles que la sciatique, cruralgie) peuvent apparaître. La correction du blocage en cause permet de résoudre ce problème. Des tiraillements au niveau du bas ventre peuvent survenir. Ils peuvent être dus à l’augmentation du volume de l’utérus qui vient étirer son système ligamentaire. Des techniques douces peuvent soulager efficacement ces troubles. Afin d’optimiser les conditions d’accouchement, le bassin ainsi que la colonne lombaire doivent être libre de tout blocage. Ceci est essentiel pour permettre l’ouverture du bassin, le passage du bébé et les meilleures contractions de poussée au diaphragme et à l’utérus. Il existe d’autres pathologies en lien avec la grossesse sur lesquelles l’étiopathie peut agir comme les troubles de fertilité… Ou encore les pathologies de nourisson comme les régurgitations ou les coliques… LA MIGRAINE Définition : La migraine est une crise de douleur ressentie sur une moitié du crâne. Elle est souvent confondue avec la céphalée qui est une douleur qui peut être localisée à divers endroits au niveau du crâne voir prendre tout le crâne. La migraine est souvent chronique, invalidante et parfois accompagnée de nausées et de photophobie (besoin d’être dans une pièce sombre). De manière classique Les antalgiques et anti-inflammatoires sont prescrits. Des examens plus poussés comme l’IRM s’en suivent à la recherche d’un phénomène compressif type tumeur ou angiome. Ce que fait l’étiopathe Les migraines ou les céphalées peuvent avoir des causes diverses. Que ce soit la migraine, les algies vasculaires de la face,  les névralgies… le plus important est de déterminer objectivement cette cause afin de la traiter efficacement et durablement. La localisation de la douleur au niveau du crane ou de la face est essentielle. Aussi il faut déterminer quelle structure est à l’origine de cette douleur: les méninges, un nerf, les vaisseaux de la face… Nous expliquerons ici le cas d’une migraine appelée arnoldite ou névralgie d’Arnold : Le nerf d’Arnold est un nerf partant des premières cervicales C1C2 (petit nerf d’Arnold) ou C2C3 (grand nerf d’Arnold). Lors de sur-information de ce nerf, des douleurs peuvent être ressenties le long du trajet de celui-ci. Elles peuvent aller de l’arrière de la nuque, à l’arrière du crâne, remonter en hémi-casque et peuvent aller jusqu’à l’orbite de l’oeil voir prendre l’oeil et/ou aller jusqu’aux dents du maxillaire supérieur. Selon l’ancienneté de la lésion ou du blocage cervical, de 1 à 4 séances peuvent être nécessaires. Le traitement consiste à venir mobiliser la vertèbre en cause et ainsi éliminer durablement la migraine. LA SCIATIQUE Définition: La sciatique (névralgie sciatique ou sciatalgie) est une douleur ressentie le long du nerf sciatique. Elle peut être aiguë ou chronique et peut suivre un trajet allant du bas du dos, la fesse, derrière la cuisse, le mollet et aller jusqu’au pied. Le nerf sciatique est sensitivo-moteur et est composé des nerfs qui partent de la colonne vertébrale aux étages lombaires L4, L5 et sacrés S1, S2, S3. De manière classique : La consultation chez le médecin entraine la prescription d’anti-inflammatoires et d’anti-douleurs puis dans la phase sub-aigue ou chronique des séances de kinésithérapie. Devant l’inefficacité de ceux-ci, les radios puis le scanner ou l’IRM sont alors prescrits à la recherche d’une modification structurale de type hernie discale, canal lombaire étroit. Ce type de pathologie est rare et très impotent. En effet 60% des individus à 50 ans auraient un canal lombaire étroit et pourtant 80% sont sans symptômes. Ce que fait l’étiopathe : L’information nerveuse véhiculée sur le trajet du nerf a pour origine l’étirement des ligaments d’une vertèbre bloquée. Ceux-ci, très innervés, peuvent être douloureux et sont le starter de la névralgie. Selon les douleurs et le trajet, l’étiopathe peut déterminer avec précision l’étage vertébral concerné. Il faut ainsi réduire la lésion étiopatique vertébrale afin d’éliminer ce trouble. Si toute urgence est écartée, selon les circonstances d’apparition, les eventuels examens, la chronicité de la pathologie, une à trois séances peuvent être nécessaires pour venir à bout de la sciatique. LUMBAGO Définition : Considéré comme le mal du siècle, le lumbago est fréquent. Il est défini comme une contracture au niveau de la région lombaire et est caractérisé par une douleur vive avec des difficultés à se lever, s’asseoir, marcher ou à trouver une position confortable. De manière classique :  Le repos et les anti-douleurs / anti-inflammatoires sont d’abord le plus souvent prescris. Si les troubles persistent ou deviennent chroniques alors de nombreuses séances de kinésithérapie s’en suivent ou des examens complémentaires comme radio ou IRM sont indiqués à la recherche d’arthrose ou d’une “hernie discale”. Rappelons que la hernie discale est la sortie de la partie centrale (nucléus pulposus) d’un disque intervertébral en dehors de la partie périphérique de celui-ci (annulus fibrosus). Il est constaté habituellement un débordement du disque. Il résulte de la modification des forces exercées par la contracture et / ou de l’usure du disque. Ce que fait l’étiopathe : Sauf urgence, il faut identifier quel muscle subit la contracture. Ainsi en remontant son innervation, l’étiopathe identifie la vertèbre en cause. C’est en éliminant le blocage articulaire vertébral que l’information nerveuse s’arrête, ce qui entraîne l’arrêt progressif de la contracture. Attention: toute technique doit être la moins douloureuse possible et, en respectant la physiologie de l’articulation, n’a pas besoin d’être exercée avec force. 1 à 3 séances sont nécessaires pour corriger ce type de trouble. LES REGURGITATIONS DU NOURISSON Définition : Les régurgitations sont des reflux gastro-oesophagiens (RGO). Long tube musculaire, l’oesophage permet l’acheminement des aliments de la bouche vers l’estomac. A la jonction de l ’estomac et de l’oesophage, se trouve un sphincter qui s’ouvre à l’arrivée du bol alimentaire puis se ferme. On parle de reflux gastro-oesophagien lorsque, en raison d’une défaillance de ce sphincter, le contenu gastrique acide remonte dans l ’oesophage. Il peut s’agir de régurgitations bénignes après le repas, liées à une immaturité de l’appareil digestif du nourrisson et n’ayant aucune conséquence sur sa courbe de poids ou son appétit. A l’inverse, des vomissements en jets, abondants ou survenant à tout moment (même pendant le sommeil) peuvent provoquer ou aggraver une pathologie sous-jacente : laryngite, asthme, bronchite chronique… ” (Doctissimo.fr). De manière classique : Plusieurs hypothèses sont souvent évoquées: – le “clapet” ou cardia à l’entrée de l’estomac qui ferme mal. – les allergies au lactose – la position allongée… Le changement de lait est fréquemment conseillé : avec ou sans épaississant, avec ou sans lactose, lait d’amande, etc… Ce que fait l’étiopathe  : Le lait maternel est avant tout ce qui est le plus naturel pour le bébé à ingérer. Tout autre lait est plus difficile à digérer, d’autant que le tube digestif nécessite un certain temps d’adaptation à ce nouveau comportement qu’est la digestion. Durant la vie in-utero ou lors de l’accouchement ou lors de cette nouvelle adaptation, le tube digestif peut se spasmer et/ou se trouver mal positionné. Ainsi l’étiopathe peut agir en accompagnant cette maturité et ainsi faciliter cette adaptation en agissant de manière précise sur des zones du tube digestif.Le résultat est d’autant plus rapide que l’interaction des systèmes entre eux est nouvelle. Ainsi les troubles sont rapidement levés en 1 à 2 séances que ce soient les reflux mais aussi les douleurs abdominales, parfois la toux chronique, les troubles du sommeil…  
Le saviez vous ?